Projet pédagogique

Le projet pédagogique des Filoustics

Un outil de référence pour tous

Le projet pédagogique est la déclinaison des objectifs éducatifs.

Il permet à chacun, professionnel comme parent, de revenir au sens des actions, à la raison qui les motive.

Il est le support d’une réflexion permanente et permet ainsi de s’interroger sans cesse sur la manière de faire mieux, peut-être autrement, pour aller toujours dans l’intérêt du développement des enfants.
Construire et faire vivre un projet pédagogique, c’est donc se donner des moyens concrets d’application des principes éducatifs qui fondent notre association.

A la base de l’action de tous les adultes à la crèche, il y a la prise en compte :

  • des besoins de l’enfant,
  • de ses capacités,
  • de ses habitudes et de ses différences sociales, culturelles ou physiques.

Il s’agit donc, avant tout, de connaître les capacités et besoins de cette tranche d’âge (voir quelques indications sur les  fiches « Nos enfants de 0 à 3 ans…), les habitudes et les différences individuelles afin de permettre à chaque enfant de se sentir bien et de s’épanouir à la crèche.
Nous devons ensuite avoir :

  • des attitudes justes et cohérentes des adultes,
  • des aménagements du temps et de l’espace réfléchis et adéquats
  • des activités adaptées et renouvelées

 

Des réflexions collectives

Des fiches thématiques, qui résultent des échanges et des questionnements menés lors des réunions plénières (parents, professionnels, pédiatre), constituent des repères dans la mise en œuvre de la  pédagogie et du fonctionnement de la crèche.

  • Nos enfants de 0 à 3 ans : quelles capacités ?
  • Nos enfants de 0 à 3 ans : quels besoins ?
  • Sécurité physique et affective, accueil de l’enfant
  • Jeu, animations, activités
  • Le parent de garde et son enfant
  • Le sommeil
  • Le repas
  • Le langage
  • L’agressivité
  • La maîtrise des sphincters
  • Tétine et doudou

 

Les objectifs pédagogiques des Filoustics

 

1.  Créer les conditions permettant aux enfants et aux parents de se séparer en toute sécurité.

Cela signifie :

  • être conscient que la séparation est un moment important dans la vie quotidienne de l’enfant mais aussi dans sa construction personnelle. Séparation ne veut pas dire rupture.  Il convient donc de ne pas minimiser ni ce moment ni ce qui s’y joue.
  • distinguer les différents types de séparations (celle de l’entrée en crèche – qui nécessite une période d’adaptation – celle du matin, celle du début d’après-midi quand le parent est de garde) et prendre en compte l’âge de l’enfant dans la gestion de cette séparation. La séparation implique nécessairement une période d’adaptation et un accueil individualisé.
  • accompagner l’enfant au moment de la séparation ; le rassurer, l’intéresser aux autres et aux jeux.

 

2.  Respecter les rythmes individuels

On entend par rythme à la fois le déroulement de la journée, mais aussi l’évolution même de chaque enfant dans son propre développement (sa maturité physique, psychique et affective).
Cela signifie :

  • être à l’écoute de chaque enfant et pouvoir offrir des interactions enfant – adulte individualisées.
  • adopter un mode de fonctionnement souple qui permette à chaque enfant desuivre son propre rythme quotidien (veille/sommeil, goûts alimentaires, besoins du corps, temps nécessaire à chaque acquisition…).
  • accompagner l’enfant dans son développement, le stimuler mais ne pas le «pousser  à faire ».

 

3. Promouvoir la place du petit enfant comme sujet à part entière dans le groupe et dans la société, et comme individu acteur de sa vie.

Cela signifie pour nous :

  • accueillir et reconnaître la différence de chaque enfant (et famille) dans sapersonnalité, ses intérêts, ses capacités, sa culture…
  • lui permettre d’exprimer ce qu’il est et sa capacité à agir, à faire des choix.
  • l’accompagner dans sa socialisation, c’est-à-dire dans le groupe où il a sa place et où il apprend à accepter celle de tout autre, et les « contraintes » liées au collectif.
  • favoriser les interactions entre enfants d’âges différents : une manière d’initier les enfants à la vie sociale.

 

4.  Rechercher la « parole vraie » avec l’enfant et l’écoute de la parole de l’enfant.

Cela signifie :

  • être conscient que les enfants captent nos émotions et se nourrissent de nos mots et veiller à ce que notre discours et notre attitude (corporelle) ou nos intonations ne soient pas en contradiction.
  • encourager l’expression (sous toutes formes) de l’enfant, notamment en créant un climat de sécurité émotionnelle
  • l’écouter et l’entendre : prendre en compte la parole de l’enfant qu’elle soit verbalisée ou non (les pleurs, la colère…) ; être psychiquement disponible et attentif à la relation ; s’adresser aux enfants en évitant toute projection personnelle (nos idées, notre vécu, notre interprétation des situations…).
  • instaurer un dialogue franc avec lui : le respecter et le considérer, et lui parler comme à un sujet à part entière. C’est aussi mettre des mots sur des situations. Parler à l’enfant de ce qui le concerne…

 

5.  Favoriser l’accession à l’autonomie de l’enfant

Cela signifie :

  • l’aider à faire et non faire à sa place ;
  • susciter l’envie de faire seul ;
  • reconnaître les réussites ;
  • l’encourager face aux difficultés ;
  • proposer des situations nouvelles en fonction de l’enfant (capacité et psychologie) ;
  • respecter le temps d’apprentissage de l’enfant
  • aire confiance en ses apprentissages

 

6.  Assurer l’éveil culturel, artistique et la découverte de l’environnement du petit enfant

Cela signifie :

  • l’éveil s’effectue  au sein de la crèche mais aussi à l’extérieur (le quartier, la ville…)
  • l’éveil et les apprentissages se développent à travers le jeu : tout est jeu pour l’enfant.
  • les activités sont proposées et non imposées. Elles doivent être variées.
  • les adultes proposent aux enfants d’aller vers des nouveautés dans un cadre rassurant permettant à l’enfant de s’impliquer, de s’approprier une nouvelle expérience, d’explorer son univers, de découvrir d’autres cultures…
  • favoriser les interactions entre les enfants par une présence non intrusive de l’adulte
  • s’appuyer sur l’intérêt que porte à certains moments chaque enfant à tel ou tel aspect de son environnement, à tels apprentissages, etc. (la manipulation des petits objets, l’ordre, le langage, les sens, la musique, s’habiller seul, …)
  • en rendant accessibles des choses qui leur sont étrangères, nous les aidons à comprendre et à apprécier le monde.